Nouveaux tutoriels vidéo : envoi et affalage de spi en régate.

On entend souvent les équipages nous dire : « Team Winds, vous êtes plus que des loueurs ». C’est vrai qu’au delà de louer des monotypes de régate, nous sommes aussi, souvent, des « organisateurs ».  Mais nous restons avant tout des passionnés de la régate en équipage et en monotypie, à « armes égales », pour plus d’équité. Souvent, nous « mouillons le ciré » nous mêmes. Ensuite, nous pouvons aussi nous transformer en conseillers pour vous faire davantage apprécier la régate sur nos monotypes.

Ci-dessous, vous trouverez un focus sur les manœuvres délicates que sont l’envoi et l’affalage de spi en régate, avec deux tutoriels vidéo spécialement réalisés pour vous !

Voir aussi la série de vidéos « Plus vite plus haut en Grand Surprise » et le dossier pédagogique « Rôles de chacun à bord » qui contiennent des conseils et techniques de navigation en Grand Surprise glanés au fil de nos navigations.

FOCUS SUR LES MANOEUVRES DE SPI :

Sur des parcours techniques, ou banane, il faut, le plus systématiquement, affaler le spi coté gauche du bateau pour renvoyer à la bouée suivante avec le spi du bon coté, à gauche, sous le vent, en « bare away ». A l’affalé on range donc aussi le tangon à droite pour qu’il soit du bon coté à l’envoi d’après, en « bare away » en tribord amures, avec la préparation le plus souvent sur le dog leg. Ca veut dire que pendant qu’on range le spi à droite, un équipier fait porter le spi en tangon humain en écartant le spi d’une main et en se tenant ferme sur le bas hauban (bas hauban pour que son corps reste à l’intérieur des filières).

Avec ce process, on n’a plus besoin de déplacer le sac. Le piano sera dans la descente pour récupérer et ranger le spi directement dans son sac fixé sur les suspentes. Cf la video ci dessous.

Si le vent est très fort, trop difficile pour ramener le spi « au vent », et on affalera tranquillement sous la grand-voile, mais ce sera très long de tour remettre bien au niveau des écoutes et du spi à refaire passer du bon coté. Ca peut en revanche être la bonne méthode prudente dans la très forte brise, quand on sait qu’il n’y aura pas de renvoi de spi par la suite.

En dehors de la forte brise, on privilégiera l’affalé du spi à babord avec tangon humain dans les deux cas (au vent ou sous le vent selon les bords de fin de vent arrière mais toujours à gauche, à babord).

L’affalage capot a été proscrit par l’Association de Classe Grand Surprise pour éviter les entrées d’eau à grands seaux et les déformations d’un capot qui n’est pas fait pour ça. 

Les envois et affalés du spi se font donc depuis la descente. Chez Team Winds, nous fournissons à cet effet un « sac-seau », à fixer sur les suspentes de l’intérieur, dans la descente.

Deux consignes ici pour les manœuvres depuis la descente :

1/ A l’Envoi :
Il faut donc bien « pré brasser » à la main avant l’envoi à la bouée au vent.
Envoi, beaucoup pré-brasser avant l’envoi, une fois qu’on a établi le tangon, équipier piano assis dans la descente pour aider à sortir le bras, et embraqueur du bras qui reprend petit par petit. On fait tout ça sur le dog leg, et le point d’attaque du spi se retrouve proche de 1 m avant l’envoi.

2/ A l’affalage :
La chronologie de la manœuvre en arrivant à la marque sous le vent est : hisser le génois, enlever le tangon, puis le N°1 range le tangon à droite pendant que le numéro 2 fait tangon humain sur le hauban (corps à l’intérieur néanmoins), puis on affale le spi.
2 secondes avant de lâcher la drisse (en la contrôlant), larguer l’écoute de spi sous le vent EN GRAND.
On contrôle la drisse, on ne la lâche pas en grand sinon le spi peut passer sous l’étrave du bateau.

Affaler très tôt ! On perd beaucoup moins à affaler trop tôt qu’à affaler trop tard. Si vous n’êtes pas confiant dans votre cohésion, affaler encore plus tôt. On recommande de bien s’entrainer à naviguer « sans tangon », en « tangon humain » et de constater qu’on ne perd pas en vitesse tant que le spi porte. Noter que si la fin du bord de spi est pointue, en largue serré, il ne sera plus possible d’affaler au vent, on doit alors se résoudre à affaler sous le vent, sous la G.V., et à faire ensuite « passer les points » pour l’envoi suivant en haut du bord de près, en bare away.

Pour bien réussir cet affalé « au vent » sur la fin du bord de vent arrière, il faut que le barreur ait anticipé sa trajectoire pour finir bien plein Vent Arrière au moment de l’affalé tout en ne faisant pas de la route en plus au delà de la bouée sous le vent ; quitte à avoir loffé au préalable sur le bord, un peu au dessus de la route, avant d’abattre vers la bouée au moment de l’affalage.

Attention au cas très particulier des arrivées sous le vent avec un petit bord de dog leg au largue après l’enroulé de bouée sous le vent. Dans certains cas, si le bord n’est pas trop pointu, il pourrait être tentant de garder le spi sur ce bord de largue. Le Grand Surprise marche très bien au largue sous génois, garder le spi est alors souvent inutile. Garder le spi sur ce petit dog log d’arrivée, présente de surcroît le désavantage de devoir affaler à droite, à tribord, sous la G.V. et obligerait à repasser les contrôles de spi de l’autre coté ; ce qui est souvent source d’embrouille.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *